Entre légendes et histoire, sourciers et ostréiculteurs, voyage en pays d'Arvert à La Tremblade

Située à l'extrémité de la presqu'île d'Arvert, face à Marennes commune à laquelle elle est reliée par le pont de la Seudre, La Tremblade réunit à elle seule trois atouts majeurs : centre ostréicole (La Tremblade est le premier port ostréicole français), station balnéaire et spot de surf réputé. La large façade maritime, étendant ses plages battues par les vents de la Côte sauvage, et la forêt domaniale de la Coubre dégagent avec le long chenal qui mène au port ostréicole de La Grève un attrait particulier pour le promeneur égaré en pays royannais.


Cette terre, tournée vers la mer possède un arrière pays dont l'enchevêtrement de végétation recèle le souvenir d'un haut fief du protestantisme. Les "luthériens d'Arvert" furent pourchassés sans merci par les agents de Louis XIV, obligeant la population à pratiquer sa foi clandestinement dans ce territoire propice au secret avec ses dunes, ses forêts, ses granges reculées, décor parfait pour permettre la résistance de l'église du Désert. A tel point qu'encore maintenant, le protestantisme est très présent dans la région de Royan où il s'est implanté dès 1560. L'une des figures majeures de l'histoire du protestantisme en Saintonge reste celle du pasteur Jarousseau dans le secteur de Saint Georges et Meschers (son ministère l'emmenait jusqu'à Pons) et qui ne sortit de la clandestinité qu'à la faveur de la Révolution française.


Comme toutes nos "provinces", l'Aunis et la Saintonge ont vu un fonds de légendes et de contes fleurir au fil des temps. Ces histoires, dont personne ne sait ni ne veut démêler le vrai du faux, s'appuient sur des particularités géographiques ou architecturales qui laissent planer suffisamment le doute pour attiser notre attrait pour le merveilleux.

Ainsi en va-t-il de la légende des Justices d'Arvert, qui nous content les amours de Jean et Isabeau contrariées par le seigneur de La Tremblade. Celui-ci emprisonna la belle et voulut faire pendre haut et court le fiancé sur une hauteur du pays d'Arvert, colline nommée Les Justices. Mais le sort - ou le diable, en décida autrement. Hubert, seigneur de La Tremblade, trouva la mort et Jean fut sauvé. Les témoins furent assez impressionnés pour qu'on décidât d'ôter la potence qui fut remplacée par un moulin. Le moulin existe toujours... au beau milieu d'un parking... sauvé peut-être lui aussi par la légende qui s'y rattache ?


Les légendes, tout comme la présence de nombreuses sources et rivières souterraines alimentent rumeurs et croyances. La Saintonge n'échappe pas à la règle tant elle est riche en rivières souterraines et autres nappes mystérieuses. C'est ainsi qu'en 1979, un ostréiculteur et sourcier de Bourcefranc, repéra à 1500m de profondeur une nappe s'étendant de La Tremblade à Royan...


Au-delà des légendes, la richesse environnementale du littoral et la situation de la presqu'île d'Arvert a justifié l'implantation d'une station de l'IFREMER (Institut Français de REcherche pour l'exploitation de la MER) à La Tremblade, spécialisée dans les domaines de la conchyliculture, de l'aquaculture et de la surveillance de l'environnement littoral.


Embarcation de l'IFREMER, amarrée au port de La Tremblade, février 2021

crédits photo : C.R. Lebouleux


Nous avons souhaité revoir La Tremblade où notre petite bande avait fait avec calisto-235 une belle escale gourmande...

Le Ponton, La Tremblade, juin 2019, crédits photo C.R. Lebouleux


Quand pourrons-nous y revenir ? Quand reverrons-nous grouiller de monde et de vie ce port attractif, coloré, duquel s'élancent les plates des ostréiculteurs, les bateaux de croisière vers Oléron, tout un monde tourné vers l'océan qui nous appelle et nous hypnotise.


crédits photographiques : C.R. Lebouleux


Pour l'heure, seuls les travaux du nouveau port de plaisance, à l’extrémité du chenal et à proximité du terminus du Train des mouettes font un semblant de vie dans un hiver calfeutré entre deux couvre-feu...


crédits photographiques : C.R. Lebouleux





Sources :

Guide Gallimard Poitou Charentes - Saintonge, Editions Nouveaux-Loisirs, 1995

Le Routard, Les Charentes, 2019

450 ans d'histoire, article de Didier Piganeau du 25/09/2010, journal Sud-Ouest

Récits et contes populaires d'Aunis et Saintonge, vol. 1, recueillis par Dominique et Philippe Jacquin dans le pays des Iles, éditions Gallimard, 1979.

GENET, Christian, La vie balnéaire en Aunis et Saintonge au 19e siècle, éditions La Caillerie, 1978, Gémozac.

COLLE, Robert, Sorciers, sourciers et guérisseurs en Aunis et Saintonge, éditions Rupella, 1979, La Rochelle.

BOURI Ivan, DUPUY Alain, HUNEAU Frédéric, Bilan des connaissances sur les interactions Eaux de Surface/Eaux Souterraines du bassin de la Seudre, 2009. Université de Bordeaux, Institut EGID Laboratoire EA 4134 GHYMAC Géosciences Hydrosciences.