Ne ratez pas la série 9 des Enquêtes de Vera, avec Brenda Blethyn (24/11 21h05)

November 20, 2019

 

A quelques jours de la programmation de la série 9 des Enquêtes de Vera sur France 3 et suite à notre voyage d'étude marqué par notre rencontre avec Brenda Blethyn, l'iconique interprète de Vera, il nous semblait intéressant de revenir sur cette enquêtrice hors norme surgie de l’imagination féconde d’Ann Cleeves. 

 

 

 

On connaît l’attachement de Brenda Blethyn à son personnage, ce précieux sentiment de revenir dans une sorte de seconde famille et de retrouver dans cette atmosphère particulière de travail d’équipe où les liens se tissent comme dans un voyage au long cours.

 

VERA Brenda Blethyn Photo by Charlotte Graham

 

 

De l’autre côté du rivage, nous suivons l’entreprise avec l’impression de faire partie, un peu, de cette famille-là : le show nous divertit mais pas seulement. Il nous dit quelque chose de l’époque, de l’âme humaine, des étranges pulsions de l’homme et de l’oscillation de l’âme entre apothéose et chute. En ces temps incertains, la figure du policier peut prendre l’aspect providentiel du chevalier blanc et dans le cas particulier de Vera, si l’inflexible attachement à la recherche de la vérité est adhésion de fond au droit et à la loi, il n’est jamais départi d’une profonde humanité, enfouie certes, mais limon consubstantiel au personnage et que rend parfaitement le jeu de Brenda Blethyn. Celle-ci s’est souvent exprimée sur les raisons qui pouvaient attirer le spectateur : cette façon de se démarquer des autres héroïnes féminines, loin des clichés genrés communément admis.

 

 

 

On peut néanmoins faire d’autres analyses, émettre d’autres hypothèses.

« Par exemple, tenez » …

 

Nous aimons les combats intérieurs de Vera car ils ressemblent aux nôtres par lesquels nous nous laissons submergés et ce que nous aimons chez elle c’est cette force, que nous voudrions avoir. Et quand sous la carapace point l’émotion – toujours furtive, toujours réprimée – et qu’elle nous ressemble enfin, nous retenons dans ces moments-là, qui nous l’attachent un peu plus, la secrète Vera dont on lit chaque pensée, chaque émotion sur le visage. En fermant le poste, nous l’avouons, nous nous sommes pris une fois de plus au jeu ! Nous avons mordu à l’hameçon de l’illusion et nous serions capables, je pense, de chercher le poste téléphone de Vera Stanhope au commissariat de Newcastle.

 

Quelle brillante actrice vous êtes, Brenda !… N’étiez-vous pas la seule à pouvoir nous convaincre ? N’êtes-vous pas la seule à savoir d’un battement de paupière, d’une trémulation du menton, d’une ombre dans le regard, créer dans son intégralité un sous-texte riche ? Vous, rompue au difficile exercice de remplir les silences, aussi subreptices fussent-il ? Vous, dont la palette expressive pourrait se comparer à une gamme dodécaphonique tant elle joue dans d’infimes variations chromatiques ?

Pourquoi vous ?

Parce que vous étiez la seule à pouvoir endosser cette responsabilité. Parce que là vous deviez arriver. Parce que c’était Vera et parce que c’était vous !

 

Après ma série d'articles sur le BB_Project, ne ratez pas le premier épisode de la saison 9 diffusé sur France 3, dimanche 24 novembre à 21h05 !

La saison 10 a été tournée d'avril à octobre 2019 et Brenda s'apprête à tourner pour ITV une nouvelle sitcom Kate and Kolo qui sera diffusé en 2020 (en savoir +)

 

 

 

 

Please reload

Recent Posts
Please reload

Archive
Please reload

Search By Tags